Travailler Moins.

Pour Vivre Mieux.


LE COLLECTIF TRAVAILLER MOINS


Le Collectif Travailler Moins propose une vision alternative du travail en France, où chacun-e pourrait décider de travailler moins pour vivre mieux.
Le Collectif s’attache à décentrer la place qu’occupe le travail dans nos vies, au sein d’une société qui fait passer l'employabilité devant la qualité de vie de ses citoyens. Ce mouvement se veut comme une porte d'entrée vers le "détravail" et un regain de liberté.

TRAVAILLER MOINS...QUELLES CONSEQUENCES ?


Le Collectif Travailler Moins porte cinq grands enjeux relatifs au travail, qui, à notre sens, sont ignorés par les politiques et les syndicats, et par conséquent trop peu visibles dans les médias.



TRAVAILLER TOUS



Si le système actuel doit perdurer, autant éradiquer dès maintenant le chômage en répartissant le temps de travail disponible (majoritairement sous la forme d’emploi) entre tous les actifs. Selon l’enquête Parlons Travail de 2016 de la CFDT (https://analyse.parlonstravail.fr/), 6 Français sur 10 sont favorables à cette idée. Encore faut-il réussir à s'accorder sur une répartition plus égalitaire des richesses produites...

TRAVAILLER MIEUX



Tous les spécialistes du bien-être au travail le disent : c’est notamment en travaillant moins qu’on devient plus efficace et productif au travail. Les dirigeants d’entreprises ont donc tout intérêt à s'engager dans cette démarche. Permettre aux salariés de faire des pauses régulières, fixer eux-mêmes leurs conditions de travail (équipement, télétravail...), de décider de leurs horaires et du temps total de travail, avoir du temps consacré à d'autres projets que ceux de l'entreprise sur le lieu de travail... Au contraire, la tendance est à l’épuisement professionnel. Et rappelons que l'accident du travail lié à des affections psychiques dure en moyenne près de deux fois plus longtemps que les autres types d'accidents. N’attendons donc plus d’être à bout pour ralentir, voire dire stop.

GAGNER MOINS



Inutile d’attendre une mesure politique là-dessus : interrogeons-nous dès maintenant sur notre rapport à l’argent, notre consommation, l'acquisition de biens immobiliers, nos idéaux de vie. Oui, décider de travailler moins sera probablement d'abord synonyme de gagner moins d'argent. Et les millions de personnes sous le seuil de pauvreté - environ 1000€/mois pour une personne seule - peuvent difficilement se permettre ce luxe. Mais nous proposons tout de même deux pistes de réflexion :

- des études révèlent que les pays les plus riches ne sont pas forcément les plus heureux ; transformons donc la France en un pays moins riche mais au BIB (Bonheur Intérieur Brut) augmenté ;

- travailler beaucoup coûte cher car nous devons payer pour ce que nous n’avons pas le temps de faire : gagner moins d’argent, ce n’est donc pas forcément vivre moins bien, mais l’opportunité d’être davantage aux contrôles de sa propre existence.

AGIR PLUS



Si nous avons plus de temps, nous pouvons choisir de produire et cuisiner notre nourriture, construire nos meubles, réparer nos biens. En ce moment, beaucoup d’initiatives émergent pour un retour à la gratuité et à l'intelligence collective : partage et échanges d’outils, de connaissances, de savoir-faire, cantines solidaires à prix libre, épiceries solidaires et supermarchés coopératifs, « repair café », etc. A chaque fois, le temps et le lien social viennent remplacer l’argent. Autant de preuves qu'il est possible de bien vivre avec moins d’argent, à condition de réduire notre temps de « travail contraint ». Parfois, il est même possible de trouver une activité rémunératrice en s'engageant dans ces initiatives de cœur.

VIVRE MIEUX



Nous aspirons à plus de temps libre pour le consacrer aux activités qui font sens à nos yeux. Profitons du progrès technologique pour lever le pied. Laissons les tâches pénibles aux robots et valorisons les activités non remplaçables par des machines. N’attendons pas 65 ans pour se dire libéré-es du travail. Travailler moins, c’est l’occasion de profiter de nos proches, de prendre du temps pour soi, de s’engager pour des causes qui nous importent, c’est l’occasion de s’amuser, de s’ennuyer, de militer, de bronzer, de voyager, d’apprendre, de partager, de jardiner, d’éduquer, etc. Bref, nous n’aurons aucun mal à mettre à profit ce temps libre supplémentaire retrouvé.

A NANTES ET BIENTOT CHEZ VOUS.
SUIVEZ NOUS ET ENGAGEONS UNE REFLEXION COLLECTIVE.


| Le Manifeste Change.org

contact[at]travaillermoins.fr | Template by BlackTie.co